Accueil  >   C'est décidé, je quitte ma boite (malgré la crise) !  > Savoir dire « Au revoir » à ses collègues

Recevez les offres d'emploi qui vous correspondent par mail !

Créez une alerte e-mail

15 000 recruteurs attendent de consulter votre CV

Déposez votre CV

Savoir dire « Au revoir » à ses collègues

Hormis une situation désastreuse qui aurait fait naître en vous le désir de partir en claquant la porte, dire au-revoir est un acte qui ne doit pas être négligé. Il n’est pas seulement question de politesse, mais aussi de réseau. Autant bien faire les choses.

L’annonce de mon départ

Qui va annoncer votre départ, quand et comment ? Ce n’est pas si simple qu’on l’imagine. Alors attention à bien vous mettre d’accord avec votre direction si vous ne voulez pas commettre d’impair. Retenez qu’en règle générale, ce n’est pas à vous d’informer les autres salariés : « c’est au DRH d’envoyer un mail à ceux qui travaillent tous les jours avec celui qui part », estime Sébastien Laboutade, DRH du groupe Altimate. Mais dans certains cas, mieux vaut en parler de vive voix avant « diffusion officielle » de l’information. Si vous êtes manager par exemple, votre équipe appréciera d’apprendre la nouvelle de votre bouche et de pouvoir en discuter avec vous.

 

Au-revoooooiiiiiiiiiiiiiir, président !

En revanche, « il ne faut surtout pas partir comme un voleur, et prendre le temps de dire au-revoir comme il faut », conseille Louis-Marie Simoneau, directeur associé du cabinet de recrutement People Search. Vous pouvez rédiger un mail collectif dans lequel vous remerciez chacun, évoquez votre futur emploi, et proposez de garder le contact pour se donner des nouvelles de temps en temps par exemple. Mais là aussi, attention aux gaffes. Collectif ne veut pas dire tout le monde : si vous travaillez avec une vingtaine de personnes et que vous n’avez pas le statut de directeur, expédier un mail corporate est un peu... démesuré. « La communication doit être adaptée à la structure, aux fonctions exercées, à l’environnement et au temps passé – entre 25 ans et 1 an d’ancienneté, il y a une différence », souligne Sébastien Laboutade.

 

Faire un pot ?

Si vous avez vécu un enfer pendant plusieurs mois, vous ne trinquerez pas avec vos bourreaux. Et on ne vous jettera pas la pierre. Mais dans la plupart des cas, finir sur une note conviviale avec un pot de départ est recommandé. Notamment parce que cette sympathique tradition comporte un message important pour tout le monde : la vie ne s’arrête pas là, le changement nous fait tous entrer dans une nouvelle dynamique.

Là encore, il y a des us et coutumes : quand les relations sont bonnes, c’est le supérieur qui organise la petite fête pour féliciter son collaborateur pour le travail accompli et lui souhaiter bonne chance dans ses nouvelles occupations. C’est aussi une bonne manière pour lui de montrer sa capacité à accompagner ses collaborateurs jusqu’au bout, que la démission n’est pas un acte tabou et qu’on se comprend, entre adultes responsables. « Si c’est le salarié qui organise, c’est que ça ne s’est pas très bien passé », précise Sébastien Laboutade dans un sourire. Mais si personne n’a la gentillesse de vous préparer une petite fiesta, rien ne vous empêche de prendre les choses en main... Après tout, pourquoi se priver d’un moment agréable ?

 

Priscilla Franken © Cadremploi.fr - 2009

 


Vos réactions, vos témoignages :
jequittemaboite@cadremploi.fr