Accueil  >   C'est décidé, je quitte ma boite (malgré la crise) !  > Organiser son travail pendant sa période de préavis

Recevez les offres d'emploi qui vous correspondent par mail !

Créez une alerte e-mail

15 000 recruteurs attendent de consulter votre CV

Déposez votre CV

Organiser son travail pendant sa période de préavis

Vous êtes dans une nouvelle dynamique, vous partez bientôt vers d’autres horizons, bref, vous avez la tête ailleurs. On peut le comprendre, c’est humain. Pourtant ne rêvez pas, vous n’allez pas chômer pendant votre préavis.

Au cas où votre conscience vous titillait, sachez que la loi l’impose. Vous devez continuer à respecter toutes vos obligations durant votre préavis. De plus, votre contribution sera requise afin que les changements induits par votre départ se fassent en douceur.

 

Assurer la passation des dossiers

Sauf cas exceptionnel, hors de question de laisser les choses en plan en se disant « après moi le déluge ». La passation des dossiers est une étape cruciale pour tout le monde : pour l’entreprise, pour votre remplaçant, et pour vous, qui n’avez pas envie qu’on vous appelle tous les 2 jours pour des informations manquantes. S’il vous est impossible de renseigner directement votre successeur, vous pouvez donner les informations nécessaires à votre supérieur pour qu’il fasse suivre. Sinon, dans l’idéal, votre entreprise peut prévoir une période de recouvrement entre les derniers jours de « l’ancien » et les premiers du « nouveau ». « On peut même organiser des rendez-vous avec les clients pour présenter son remplaçant, note Louis-Marie Simoneau, directeur associé du cabinet de recrutement People Search. C’est aussi l’occasion de faire un bilan, ce qu’ils apprécient beaucoup. »

 

Jouer la transparence avec les clients

Ce type de rencontres est d’ailleurs aussi important pour votre successeur que pour vos clients : « Pour la bonne marche de l’entreprise, j’estime qu’il faut renseigner les clients sur ce qui s’y passe, déclare Sébastien Laboutade, DRH de la société Altimate, car si on ne le fait pas, on peut les perdre : si leur interlocuteur privilégié disparaît d’un coup, cela peut être quasiment vécu comme une trahison ». Bien entendu, vous penserez aussi à leur dire au-revoir, les remercier et leur assurer « qu’ils sont entre de bonnes mains », par le biais d’un contact téléphonique, d’un e-mail ou d’un courrier selon les cas.


Aider ses collègues à s’adapter

Évidemment, votre départ aura aussi des incidences sur le travail de vos collègues, principalement pour ceux qui travaillent directement avec vous. Ces changements peuvent être minimes, ou importants. Dans certains cas, c’est l’ensemble de vos tâches qui seront réparties entre eux pour une période indéterminée, le temps pour l’entreprise de vous trouver un remplaçant. On va par exemple confier à quelqu’un d’autre le lancement d’une nouveauté dont vous deviez vous occuper. Là encore, vous avez un rôle important à jouer pour que la mécanique soit bien huilée : celui qui prend le relais aura naturellement besoin de vos contacts, dossiers, conseils... et peut-être même d’une formation de votre part.

Vous auriez tort de négliger tout ce que vous pouvez apporter jusqu’au bout de votre préavis. D’abord parce que c’est important pour l’image que vous allez laisser, ensuite parce que tout effort peut se négocier dans le but d’obtenir une contrepartie...


Priscilla Franken © Cadremploi.fr - 2009

 


Vos réactions, vos témoignages :
jequittemaboite@cadremploi.fr