Accueil  >   C'est décidé, je quitte ma boite (malgré la crise) !  > La check-list avant le départ

Recevez les offres d'emploi qui vous correspondent par mail !

Créez une alerte e-mail

15 000 recruteurs attendent de consulter votre CV

Déposez votre CV

La check-list avant le départ

Vous avez trouvé un autre emploi, vous allez dire oui. Dans votre esprit, c’est clair : vous partez. Mais avez-vous pensé à tout ? Check-list des étapes à ne pas négliger pour réussir sa sortie.

● Prévoir un bon timing

Premier point, il est important de décomposer les actions à mener avant d’annoncer votre départ : « chacune vous rapproche de votre but et facilite votre sortie, » explique Patrick Amar, directeur général de la société de conseil en management et en relations humaines Axis Mundi. Selon lui, les changements qui ne réussissent pas souffrent souvent d’un mauvais timing. Toute action impulsive a des effets pervers. Alors avant d’annoncer que vous partez, soyez sûr d’avoir anticipé un maximum de détails.



● Penser à son retro-planning

La date de départ que vous comptez négocier avec votre employeur dépend bien sûr en grande partie de votre nouveau poste, mais attention à ne pas prévoir trop court. Il faut aussi avoir le temps de boucler correctement ses dossiers, et d’effectuer une passation digne de ce nom. Pour être concret, préparez un retro-planning que vous pourrez présenter à votre supérieur.



● Préparer son entretien de démission

Votre démission donnera forcément lieu à un entretien, plus ou moins formel selon les entreprises, avec votre N +1 et/ou votre responsable des ressources humaines. Deux sujets délicats viendront nécessairement sur le tapis :
- les raisons de votre départ
- la négociation, si besoin, d’un raccourcissement de votre préavis.
(Voir aussi : L’entretien de démission pas à pas)



● Ne court-circuitez pas la hiérarchie

Vous pouvez faire comme dans les films, et débarquer dans le bureau du patron en lançant, bravache un tonitruant « Je démissionne ! » après lui avoir posé votre courrier devant le nez. Mais dans ce cas le processus est engagé, et vos interlocuteurs placés devant le fait accompli. Dans la vraie vie, il est bien vu de parler de son intention de partir avec son manager avant même de donner sa lettre de démission. « Cela laisse une marge de manœuvre à l’entreprise pour faire une contre-proposition, explique Sébastien Laboutade, DRH de la société Altimate. Pour ma part, j’essaie d’analyser les raisons du départ et de mesurer l’attachement à la structure au cours d’un entretien. A-t-il bien réfléchi ? Si c’est le cas, je respecte son choix, sinon, nous pouvons trouver des solutions pour améliorer ce qui ne va pas ». Bref, vous l’aurez compris, le fait de se montrer « prévenant » sera très apprécié. Et qui sait, vous ouvrira peut-être des perspectives auxquelles vous n’aviez pas pensé.

Démissionner sur un coup de tête a des conséquences qu'il faut savoir mesurer. Partir sur un coup de tête peut nuire gravement à votre vie professionnelle...


Priscilla Franken © Cadremploi.fr - 2009

 


Vos réactions, vos témoignages :
jequittemaboite@cadremploi.fr